Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2015-12-10T22:45:43+01:00

J'espère, ma Lola, que là où tu es tu as su trouver ce bonheur que tu cherchais tant.

Publié par Monjournal-intime

J'ai remarqué que quand on est triste ou qu'il y a une mauvaise nouvelle, la vie autour ne change pas. Comme le jour où Valerie est morte, j'étais dehors, et il y avait du vent, et quand on m'a dit que Valérie était morte, il a quand même continué à y avoir du vent dans mes mollets. Quand on est triste, les objets ne sont pas tristes et ils font comme si de rien n'était, et ça, ça me rend encore plus triste.

Du vent dans mes mollets

 

A toi ma Lola,

 

Je dormais encore quand, ce matin de décembre, ta maman m'a appelé pour me dire que tu avais mis fin à tes jours. J'entends encore sa voix tremblante. 
Cette journée-là a été la pire de mon existence, je ne me souviens pas en regardant en arrière aujourd'hui, avoir autant souffert de ma vie.
Je n'y ai pas cru tout de suite. Quand un si grand malheur s'abat sur nos épaules d'un coup, on le repousse en fermant les yeux, "non,c'est pas possible" voilà les seuls mots que j'arrivais à exprimer tel un robot. Je ne voulais pas y croire, comment mon amie d'enfance, ma moitié, aurait pu faire une chose pareille ? Comment moi, ta meilleur amie, je n'avais rien pu voir venir ?

Je me dirigeais vers la maison de tes parents comme un fantôme, en laissant la trace de mes lourds pas dans la neige. Je ne pleurais pas, je ne parlais pas : je n'étais plus moi. 

Face aux yeux vide de tes parents je n'ai pas su faire preuve de courage, pardonne moi de m'être effondrée, je sais que tu aurais aimé me voir plus forte. Je me souviens encore de l'atmosphère étouffante et douloureuse, nous ne parlions pas mais je crois que nos yeux se disaient tout... Il y a ces instants où les silences en disent plus que les mots.

 

Les premiers temps, je t'en ai voulu atrocement. C'était si cruel de nous faire subir ça, de nous abandonner ainsi, de me laisser seule. Comment toi, ma soeur, ma battante, a pu faire une chose aussi lâche que céder à la douleur ? Que t'étais-t-il arrivé ? Qu'allais-je devenir sans toi ? Que deviendrait tous nos souvenirs, et tout ce qui nous restait encore à vivre toutes les deux ?

Puis je m'en suis voulu. D'abord d'avoir pu penser tout ça, ensuite de ne pas avoir pu t'aider. Ma Lola, pardonne moi pour toutes les fois où je n'ai pas été là pour toi. Je m'en veux tellement de ne pas avoir vu ta peine, d'avoir cru naïvement que tout allait mieux.

 

Les mois et les années sont passées, le temps a fait son travail, j'ai alors compris que si tu voulais partir tu l'aurais fait. Ni tes parents, ni moi, n'aurions pu réellement t'en empêcher malheureusement... J'espère seulement avoir été une amie a la hauteur car sache que de notre amitié je ne garde que des moments magiques. Je garde ta générosité, ton amour débordant pour les autres, ta bonté, ta fidélité. Tu as toujours été là pour moi dès le plus jeune âge. Ensemble nous en avons fait du chemin. Nous nous sommes parfois perdus de vue, mais toujours, nous nous sommes retrouvées, et toujours, notre amitié a su triompher.

 

Je garde ton sourire au fond de moi pour me réchauffer, ces soirs où la peine de t'avoir perdu revient glacer mon coeur.

 

J'espère, ma Lola, que là où tu es, tu as su trouver ce bonheur que tu cherchais tant.

 

Tu me manques horriblement.

 

Ta moitié.

 

 

© titre et texte entièrement personnels, interdit de plagier.

Monjournal-intime

 

 

Perdre quelqu'un qu'on a aimé est terrible, mais le pire serait de ne pas l'avoir rencontré.

Marc Levy

 

 

Je n'oublierai pas nos fous rires, nos secrets, nos moments de bonheur perdus dans le ciel. Je garde la force de notre si grande amitié, j'emporte avec moi le meilleur pour le reste de ma vie.

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog