Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-01-14T13:29:50+01:00

Mais la vie nous pousse parfois à faire des choses regrettables, et puis un jour on ne se reconnaît même plus.

Publié par Monjournal-intime

Sois sage, je reviens vite.  Voilà les simples mots que me disait mon père avant de tourner les talons, m'enfermant seule dans notre grande maison pour aller voir celle avec qui il trompait ma mère.

Je m'accroupissais à la fenêtre du salon et regardais sa voiture noire s'éloigner. Et chaque fois je ressentais une petite douleur au coeur de le voir partir avec elle, chaque fois je lui en voulais davantage.

 

 

J'ai sincèrement cru en l'amour de mes parents, ils étaient pour moi un pilier et un exemple. Je répétais souvent que plus tard je voudrais être comme eux. Ils semblaient heureux, amoureux et parfois même insouciants. Je me sentais chanceuse et privilégiée d'avoir une famille solide, aimante et soudée. 

Puis je suis tombée de mon nuage quand j'ai su que mon père trompait ma mère. Je l'ai surpris un matin d'été dans un parc pas très loin de chez moi, avec cette jeune femme aux long cheveux bruns. Quand j'ai vu mon père rire et embrasser cette inconnue avec les yeux amoureux, j'ai alors su du haut de mes huit ans ce qu'était qu'avoir le coeur qui fait mal. Je me suis cachée derrière un arbre pour ne pas qu'il me surprenne, je tentais désespérément de tenir sur mes deux jambes. Pourquoi tout mon corps me faisait-il aussi mal d'un coup ? 

Je suis restée là un moment à les observer discrètement, peut-être espérais-je m'être trompée. Oui, j'espérais naïvement que ce ne soit pas lui. Mais j'aurais reconnu mon papa entre mille. Il était là avec une femme dont je ne connaissais rien. Lui qui me répétait sans cesse que j'étais sa grande fille forte, je me suis senti d'un coup si petite et insignifiante face à eux. Il y a des moments dans la vie où la douleur est si forte, que l'on a l'impression que tout s'arrête pendant quelques secondes. Le temps d'un instant le monde est en suspend, plus rien n'a d'importance : on est seul face à son malheur. 

Je comprenais alors ses absences incessantes, cette distance et tous ces changements. Je comprenais tout ce que je n'aurai jamais voulu comprendre. Ce n'était pas seulement l'amour de ma mère qu'il trahissait, c'était aussi toute l'estime que j'avais pour lui, et la vision du couple parfait que j'avais d'eux. C'était mon monde d'enfant solide qui s'effondrait sous mes pieds sans faire de bruit.

Je rentrai chez moi le coeur lourd et les yeux rempli de larme. On ne m'avait pas préparé à ça. On me faisait voler dans le bonheur, j'avais le coeur rempli d'amour et de joie, on me chouchoutait et on m'aimait, mais on ne m'avait pas dit comment agir face à une si grande douleur. Je ne savais que faire pour calmer ma peine. 

 

Quand j'ai appris plus tard que ma mère l'a su bien avant moi mais qu'elle gardait tout pour elle, je crois lui en avoir voulu plus qu'à mon père.

Mais j'apprendrai en grandissant qu'on ne peut jamais juger quelqu'un sans avoir connu un jour ce qu'il a traversé.  J'apprendai peut-être à me méfier davantage des autres, mais jamais je ne saurai réellement comment agir face à la trahison de quelqu'un que j'aime sincèrement. Et je pense que lorsqu'une personne à qui l'on donne son coeur nous trahi, on ne peut fuir la tristesse, la seule chose à faire est de savoir rester debout même avec un coeur brisé. 

Mais surtout, et je crois que c'est le plus important : j'apprendrai à pardonner à ceux qui m'ont déçu, car pardonner est le meilleur des remèdes, la plus belle des revanches. Rien ne sert de garder de la rancœur, on ne grandit pas, on n'avance pas, on ne gagne rien à être rancunier. Au contraire, la haine continue à nous faire du mal alors que le pardon apaise un coeur.

La vie nous pousse parfois à faire des choses regrettables, mais si on sait se mettre à la place des autres, on se dit alors que l'erreur est humaine et qu'un jour nous aussi, on aurait pu en arriver-là. J'en entends plusieurs dire "moi, je n'aurais jamais fait ça",  "moi, je ne suis pas comme ça", il faut comprendre une chose : on ne sait jamais ce vers quoi la vie va nous amener, et on sait encore moins comment on agira face à ça. 

Alors ayons la force de comprendre les autres et le courage de leur pardonner.

 

 

© titre et texte personnels, interdit de plagier.

Monjournal-intime

 

Voir les commentaires

commentaires

Rebecca G. 24/02/2016 09:43

Un texte douloureux. C'est terrible pour une petite fille d'avoir à affronter cela... mais tu es très noble et très courageuse. Je te souhaite de connaître le vrai bonheur, un jour. Bisous.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog