Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-02-18T20:11:07+01:00

Le plus difficile n'est pas de trouver l'amour, c'est de savoir le garder.

Publié par Monjournal-intime

 

 

 

 

 

 

 

 


Les rires résonnaient dans ce petit restaurant parisien qui baignait dans une ambiance chaude et chaleureuse. J'observais discrètement autour de moi : l'endroit était rempli de visages heureux, d'amoureux, de familles et d'enfants joyeux. Je songeais combien moi, je devais paraître triste. Je tentais de jouer l'amoureuse heureuse, de lui sourire en retour, de répondre à ses compliments et ses je t'aime. Mais j'étais là sans l'être. 

Je voyais bien dans ses yeux qu'il m'aimait encore, il devait être fièr de sa surprise, il y avait mis tout son coeur, il s'était fait beau rien que pour moi. 
Mais je ne l'aimais plus.
Je l'ai compris ce soir-là. Je ne saurai vous dire pourquoi il m'a fallu tout ce temps pour comprendre, ni pourquoi c'est arrivé à cet instant, mais je l'ai su. On ne se rend pas toujours compte que l'on tombe amoureux de quelqu'un, en revanche on sait quand on ne l'aime plus. Jamais je n'aurais pu imaginer qu'il était possible de ne plus aimer quelqu'un qui a tant compté. Mais j'avais tort. Le temps, les déceptions, les trahisons, les mensonges, les attentes incessantes, les promesses en l'air, la vie, tout ça, ça use les sentiments. Ça les brise lentement et sans faire de bruit. Puis un jour, 
on sent que c'est finit, qu'on s'est trop battu et qu'on été sûrement la seule à se battre. On comprend qu'une histoire doit s'écrire par deux cœurs amoureux qui battent à l'unisson, qu'on n'est pas censé autant souffrir. On sait qu'il ne sera pas facile de s'en aller, de tirer un trait sur son histoire, mais on sent qu'il faut le faire. 

J'étais entièrement consciente que j'allais lui briser le cœur, mais je savais aussi qu'il était temps que je pense à moi. Pendant toutes ces années je faisais tout pour lui, et que faisait-il pour moi ?
Je pardonnais tous ses faux pas, je me persuadais que je ne trouverai jamais mieux ailleurs et pire encore, que je serai davantage malheureuse seule, alors je restais, toujours. Je me suis accrochée dur comme fer à l'idée qu'il changerait et que ça irait mieux, mais on ne battit pas une relation sur l'idée qu'un jour peut-être les choses iront mieux
J'ai réalisé que je faisais semblant depuis longtemps déjà, que je n'étais plus moi, que j'aimais seulement l'idée que je me faisais de nous deux. Mais lui, pour tout ce qu'il était, pour toutes ses qualités, lui, je ne l'aimais plus. 
Tandis qu'il continuait à parler, je me demandais comment j'allais le quitter. Je savais que j'allais devoir être forte

 
 
titre : Guillaume Musso
© texte perso, interdit de plagier.

Monjournal-intime

 
 

Voir les commentaires

commentaires

Rebecca G. 24/02/2016 09:27

C'est triste, mais c'est honnête. En amour, on ne peut pas tricher. Tu as raison, lorsque tu dis qu'il faut être deux cœurs battant à l'unisson, sinon, c'est un dialogue de sourds et beaucoup de souffrance inutile. Bisous.

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog