Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-08-08T16:03:17+02:00

C'est en voyant partir une personne qu'on réalise à quel point on l'aime.

Publié par Monjournal-intime



Je t'aime, ne pars pas. Voilà ce que je mourrais d'envie de lui dire, là maintenant. Au lieu de ça je restais planté comme un con à la regarder préparer sa grande valise mauve. Je ressentais quelque chose que je n'avais jamais vraiment connu pour quelqu'un, j'aurais voulu trouver les bons mots à cet instant où nous étions encore tous les deux, mais comme d'habitude le courage n'était pas au rendez-vous. 
On s'était connu au bac à sable de la cour d'école et on ne s'est jamais quitté depuis, bien plus que de simples amis d'enfance, nous étions comme frère et soeur. Lucie était la seule sur qui j'avais toujours pu compter, la seule qui me faisait rire quand mon monde s'écroulait. Elle partait vivre à l’étranger et je n’imaginais pas ma vie sans elle. Le regard baissé, aujourd'hui plus que jamais je me rendais compte à quel point je tenais à elle plus que je ne le pensais. 
- Lucie, pars pas, lançais-je en me demandant si c'était bien moi qui avait dit ça... J'vois pas ma vie sans toi, enfin j'veux dire, j'aurais beaucoup de mal à continuer sans toi, on n'a jamais été séparé et j'veux pas savoir ça fait quoi d'être loin de toi, bredouillais-je...
Prêt à continuer ma déclaration assez pitoyable et égoïste je l’avoue, je levais les yeux pour voir une expression sur son joli visage qui allait m'encourager, un regard, un sourire sur le coin. Mais, rien. Je balayais d'un regard sa chambre : j'étais seul. 
A peine le temps de réaliser mon grand moment de solitude et à quel point j'étais comme je l'ai dit, con, j'entendis des pas et je reconnu son rire dans le couloir. 

- Alex, j'te présente Marc, tu sais je t'en avais parlé, me dit-elle avec un clin d'œil. J'suis tellement heureuse que vous voyez enfin, il vient vivre avec moi quelques semaines ! T'y crois ça ! 

Non j'y crois pas, me dis-je intérieurement. Mais il se prend pour qui à débarquer comme ça ? Le grand mec baraqué s'approcha de moi et je fis un peu moins le malin. Je le saluais en me demandant pourquoi elle l'avait choisi lui, et si les choses auraient été différentes si j'avais eu le courage de lui dire que je l'aimais bien avant.

J'inventais une urgence.
Je quittais sa maison le plus vite possible.
Dans la rue, je remontais le col de ma veste, je lançais un dernier regard vers son jardin fleuri, et je finis par partir vers la gare. 

 

© texte et titre persos, interdit de plagier.

Monjournal-intime

Voir les commentaires

commentaires

Clothilde 09/08/2016 12:25

Super texte ! <3 Gros bisous

Louise 02/08/2016 00:06

Mon dieu, j'aime trop comment tu écris ! Tu devrais écrire des histoires si tu n'en écris pas déjà ! Ça fait un moment que je suis ton blog mais je n'ai jamais commenté je crois. Franchement, je l'adore ! Tes textes sont magnifiques et tes images super biens choisies !

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog