Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2017-01-07T23:53:37+01:00

En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d'être heureux.

Publié par Monjournal-intime

Mes yeux sont rempli d'étoiles devant le bonhomme de neige que j'ai réalisé avec maman : je le trouve très beau. Je suis haute comme trois pommes et elle m'a enroulé mon écharpe rose autour du cou. Je suis une petite fille différente, je ne rentre pas dans toutes les cases, maman le sait, mais elle n'a pas honte, elle me dit que c'est une chance d'être un peu différent. J'aime beaucoup la regarder se maquiller, je la trouve belle ma mère, elle est même la plus belle du monde à mes yeux. Elle prend soin d'elle, mais pas autant qu'elle prend soin de moi. Je suis sa petite poupée, de l'amour encore et toujours, je n'en manque pas. Je n'ai jamais connu mon père, maman m'explique qu'il est parti avant ma naissance, mais qu'à nous deux on peut conquérir le monde et que de toute façon on a pas besoin de lui, qu'on a besoin de personne. Quand on me demande gamine, ce que je veux être plus tard, je répond "comme maman". C'est mon pilier, mon exemple, mon plus beau model.
Puis, je grandis, les étoiles, les rires et l’insouciance laissent peu à peu place aux problèmes de l'adolescence. Ma mère ne me comprend plus, du moins, c'est ce que je me mets en tête. Je joue la rebelle à deux balles, je m'éloigne d'elle, et la complicité que nous avions se fragilise doucement sans faire de bruit. Je ne la regarde plus comme avant, mon comportement envers elle change et je ne m'en pas forcément compte. Quelques moments de bonheurs sonnent parfois à la porte, mais ils sont fugaces... Plus rien ne va. Je suis trop grande, trop maigre et trop grosse en même temps. Je suis amoureuse et j'ai mal. Et je ne veux pas en parler à ma mère. Je rentre tard et je ne prends plus le temps pour elle : nous nous voyons en coup de vent.
Maintenant c'est moi qui suis plus grande qu'elle, je me sens invincible, j'oublie que c'est elle qui m'a mise au monde et que sans elle je ne serai rien. Elle tente parfois de me parler, je vois où elle veut en venir, et la colère traverse rapidement mon corps, je me comporte très mal avec elle, je la fais souffrir inconsciemment. Elle baisse les bras et bientôt elle ne dit plus rien du tout. 
Puis les années défilent et je me ressaisis. Je me rapproche d'elle à nouveau mais pas encore assez pour m'apercevoir que ma mère ne va pas bien. Un matin, en ouvrant un courrier de l'hôpital j'apprends qu'elle a une maladie grave. 
C'est ensuite en sanglots que ma mère tente de m'expliquer l'impossible, "tout est arrivé très vite, des maux atroces, mais rien comparé à celui de savoir qu'il me reste peu de temps à partager avec toi". Nous nous noyons dans un océan de larme. Je n'ai jamais ressenti une douleur aussi forte que ce soir glacial. Je ne lui en veux pas de ne m'avoir rien dit, je m'en veux atrocement de n'avoir rien vu. Rien entendu. Rien ressenti de ce qu'elle a pu ressentir. Très vite le passé défile à toute vitesse dans ma tête, mes sales années, la souffrance que je lui ai infligée, mon cœur se serre de regrets... Des regrets qui ne s'apaiseront jamais. Mais j'efface vite mes larmes, je prends conscience que le temps est une chose très précieuse, qu'il faut savoir l'utiliser. Quand on a plus le temps, on sait combien chaque seconde compte. Tant bien que mal, je lui donne toute ma force, toute mon énergie, mon amour et ma bonne humeur. Je prend soin d'elle comme elle a prit soin de moi. Ma mère maigrit de plus en plus, elle devient légère comme une plume, ses joues se creuses et sa peau change, elle est très malade mais elle reste à mes yeux la plus belle et la plus forte. 
 
Je ne sais pas quand tout s'arrêtera, j'en ai très peur et je ne peux m'empêcher d'y penser chaque fois que mon regard se pose sur elle, chaque fois que je me retrouve dans mon lit après une journée très épuisante, mais je sais qu'elle m'a donné la plus belle chose qu'on puisse transmettre à son enfant : de l'amour inconditionnel.
 
 
© titre Marc-Aurèle;
texte
 perso interdit de plagier.

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog